février 10, 2013

LUMEN ◆ Robin Wasserman

ATTENTION !
Le Vieux Druide Sans Nom n'a pu résister à l'envie de partager avec vous son avis sur ce roman. Retrouvez ses commentaires dans la vidéo au bas de cette page.
Bon visionnage ^^


L'HISTOIRE
Lycéenne brillante, Nora passe son temps libre à traduire la correspondance d'Elizabeth Weston, la fille d'un alchimiste du XVe siècle qui prétend avoir inventé une machine, le Lumen Dei, permettant de communiquer avec Dieu.
Mais un matin, sa vie bascule dans le cauchemar : Chris, son confident, est assassiné et son petit ami, qui a disparu, est accusé du meurtre.











Si vous aimez les romans mêlant histoire, sociétés secrètes et décryptage de codes en tout genre, alors vous allez aimer LUMEN.

Les choses commencent d'abord tout en douceur. Bon, dès la première page, on sait que quelque chose de tragique va se produire, Nora annonçant d'emblée la mort de Chris. S'ensuit quelques dizaines de pages sur "l'avant" et tout ce qui a mené à "l'après". Chris était le meilleur ami de Nora et ensemble, avec l'aide de Max, un autre étudiant qui deviendra le petit ami de Nora, ils tentent tant bien que mal de décrypter un manuscrit datant de la Renaissance : le manuscrit de Voynich. Ce manuscrit, si l'on en croit les légendes, est censé les mener sur la trace d'une machine créée par un alchimiste, à la même époque, pour pouvoir communiquer avec Dieu : Le LUMEN DEI.
Chris et Max travaille sur le manuscrit, tandis que Nora se penche sur la traduction des lettres d'Elizabeth Weston, la fille de l'alchimiste. Et c'est après avoir confié l'une de ses lettres à Chris, que celui-ci se fait sauvagement poignarder jusqu'à la mort.
La situation s'aggrave encore avec la disparition de Max, que la police tient pour responsable du meurtre.

Voilà ! Ça, c'est le décor au coeur duquel le lecteur est plongé dès son entrée dans le roman. Commence alors pour Nora un long voyage en quête de vérité. Et c'est là que le roman révèle tout son potentiel !

Absorbé par un récit qui le mène dans un dédale d'énigmes et de mystères, le lecteur s'efface petit à petit du monde qui l'entoure pour ne plus faire qu'un avec le recit, tant les rebondissements sont nombreux ET cohérents. Chaque découverte, chaque nouvelle lettre d'Elizabeth Weston remet toutes les convictions des personnages et du lecteur en question, les bouleversant pour les obliger à revoir leurs hypothèses et leurs certitudes.

L'auteure, Robin Wasserman, signe d'une main de maître le détail apporté aux descriptions de tel édifice, telle rue, tel bâtiment, si bien que ceux qui auraient déjà visité les lieux mentionnés auront l'impression de s'y trouver à nouveau.

Le suspense est palpable. L'action, omniprésente. D'une page à l'autre, on est bousculé, secoué, et nos armures les plus solides s'écroulent les unes après les autres devant ce qui semble être l'inéluctable destin d'une héroïne déjà meurtrie par la vie.

Émettons cependant une petite réserve : on reproche, en début d'aventure, quelques petites longueurs qui, heureusement, disparaissent bien vite. Plus grave par contre : on déplorera l'absence de tristesse manifeste de Nora à la mort de son meilleur ami. Certes, elle nous livre ses impressions et semble tout de même affectée, mais à mon sens, le fait qu'elle garde la tête froide et surmonte cette épreuve sans trop de difficultés enlève à la crédibilité du récit tout entier.

En bref, un excellent roman mélangeant les qualités d'un récit historique à une haletante course aux indices et au déchiffrage. Quelques longueurs et un petit manque de crédibilité chez Nora, le personnage principal, mais rien de rédhibitoire. Une fois commencé, on ne le lâche plus !

LUMEN
Robin Wasserman
Éditions La Martinière J.
555 pages
15,90 euros
- FASCINANT ! -

Laissons maintenant la parole au Vieux Druide Sans Nom, qui a tenu, encore une fois, à s'exprimer :

4 commentaires:

Mina a dit…

Il est fort possible que je me le prenne un jour celui là (^-^)

Ardanuël a dit…

Je te le conseille vivement :D

Ardanuël a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
Le cas Eduard Einstein de Laurent Seksik a dit…

Voilà qui est tout à fait bien écrit. Je le note!