mai 27, 2011

LES VESTIGES DE L'AUBE de David S. Khara

QUATRIEME DE COUVERTURE

Depuis les attentats du 11 septembre, Barry Donovan est dévoré par le désespoir. Et ce n'est pas son métier de flic, dans un New York accablé par la criminalité, qui lui remonte le moral.
Son seul réconfort ? Les conversations qu'il entretient chaque soir sur Internet avec un certain Werner Von Lowinsky, un aristocrate cultivé et plein d'humour. Peu à peu, sans s'être jamais rencontrés, ils deviennent amis.
Mais Barry ignore encore que Werner n'est pas un homme comme les autres...


Parution : 19 mai 2011
Editeur : Michel Lafon
Nombre de pages : 246
Prix France : 17,95 euros


MON AVIS


Je ne suis pas très fan des histoires de vampires !
Si j’avais su que celle-là en était une, j’aurais sans doute passé mon tour… Bien mal m’en aurais pris !
Car, si la morsure de Werner Von Lowinsky ne m’a pas vidé de mon sang, elle a en tout cas réussi à entailler ma peau de manière définitive.

« Je restai tétanisé d’avoir pensé à cette solution. Jamais un homme d’honneur n’aurait envisagé telle forfaitaire. A force de me dissocier du genre humain, je m’enfonçais dans les ténèbres de ma propre profondeur »

Le récit de Werner Von Lowinsky ne laisse en aucun cas le lecteur indifférent. Il fait partie de ces (rarissimes) vampires au sang froid qui savent insuffler à leur auditoire une bonne dose d’empathie et qui parviennent à réveiller le cœur de l’humanité toute entière, alors même que leur propre cœur s’est éteint depuis des décennies.

Werner Von Lowinsky est un vampire qui souffre de la solitude et qui refuse de quitter son antre pour se mélanger au commun des mortels, de peur de représenter pour eux un danger. Son récit est mélancolique, nostalgique, triste et douloureux.

Mais Werner est aussi un vampire fascinant, doté d’une détermination puissante, et d’une force physique implacable, et paradoxalement épris d’une forte envie de ressurgir parmi le monde des vivants.

« L’heure est venue de mettre ma part d’ombre en pleine lumière. Il est temps de redevenir un individu »

L’histoire en elle-même est amenée de manière originale. La rencontre des deux protagonistes via internet se veut le pendant d’une banalité technologique contemporaine réservée d’ordinaire aux histoires d’amour.
Pourtant, c’est bien d’une amitié forte et sincère que se lient Werner et Barry Donovan.

Les attentats du 11 septembre par contre, ne servent que de sobre décor ajouté aux passés des personnages pour accentuer leur douleur et je ne leur ai pas trouvé d’importance particulière, si ce n’est leurs conséquences sur le présent (qui auraient aussi bien pu être causées par un autre événement douloureux).

David S. Khara a réussi à me faire aimer une histoire de vampire !
Son roman est une ode à la réflexion de la condition humaine à travers les pensées d’un mort aux considérations aiguisées.
Car qui sommes-nous pour décréter qu’un vampire est une abomination et une monstruosité, alors que ce sont les hommes, ceux de notre propre espèce, qui perpétuent les pires atrocités que cette terre ait porté ?

Un excellent thriller fantastique doublé d’une littérature intra-psychologique qui, malgré quelques scènes un peu longues et fastidieuses et quelques distractions causées par l’ennui vers le quart du roman, saura solliciter vos sens et vos pensées pour les affûter et les rediriger vers l’interrogation, puis, la méditation.

Un grand merci aux éditions Michel Lafon pour cette brumeuse découverte d’outre-tombe.

Maintenant, veuillez m’excuser, j’ai une cicatrice de morsure à faire disparaître ^^
- Très bon -

11 commentaires:

Phooka a dit…

J'adore ta chronique! ;)

Mélo a dit…

Effectivement, très belle chronique ! Si après ça les gens ne sont pas tentés, je ne m'appelle plus Mélo ^^
Bravo ! :)

Mylène (Mycoton32) a dit…

+1 avec les filles!
Je le note pour voir si je le trouve demain :D

Korto a dit…

Très bonne chronique même si je ne suis pas du tout d'accord avec toi XD

Anne Sophie a dit…

Très chouette chronique ! Si je l'avais pas déjà lu, je filerai le lire ;) Bisous

Méloë a dit…

Jusque là, il ne m'attirait pas tant que cela, mais je sens que je vais énormément apprécier le personnage de Werner von Lowinsky. Je note le titre dans un coin de ma wish'.

Belledenuit a dit…

Excellente chronique ! Et je le note bien sûr :)

Pottermania a dit…

Mon petit chou, fait toujours de très belle chronique :D

Mélusine a dit…

Encore une fois, je suis épatée par la qualité de ton article. Bravo!

BlackWolf a dit…

Chronique vraiment intéressante qui donne envie de découvrir ce livre. Il devrait finir dans ma PAL dans les mois qui viennent.

TheChouille a dit…

belle chronique effectivement. Mais après lecture de l'histoire, j'avoue que je ne suis pas trop tentée ^^