mars 08, 2012

QUATRIEME DE COUVERTURE

Le jeune Whit et sa soeur Wisty mènent une vie ordinaire dans une petite ville des Etats-Unis, jusqu'au jour où des policiers surgissent chez eux en pleine nuit sur ordre du chef du parti du Nouvel Ordre.
Arrachés à leurs parents, ils sont accusés de sorcellerie et condamnés à mourir le jour de leurs 18 ans. N'ayant jamais eu conscience d'avoir de quelconques pouvoirs, leur incompréhension est d'abord totale. Peu à peu, ils découvrent qu'ils sont destinés à une existence hors du commun. Mais déjà, l'anniversaire - et l'exécution - de Whit approchent, et les adolescents doivent trouver sans tarder comment s'échapper.

Date de parution : 18 janvier 2012
Editeur : Hachette Jeunesse
Nombre de pages : 360
Prix France : 13,90 €


MON AVIS

Ils ont peur du changement, et le changement, c'est maintenant,
Ils ont peur de la jeunesse, et la jeunesse, c'est nous,
Ils ont peur de la musique, et la musique, c'est toute notre vie,
Ils ont peur des livres, du savoir, des idées,
Mais ce qu'ils redoutent le plus, c'est la magie.

Il est parfois compliqué de rédiger une chronique sur un livre qui nous laisse un sentiment partagé, sur une histoire qui regorge d'idées originales et bien amenées, mais dont la base du scénario est un peu bancale.
Et c'est malheureusement le cas pour ce premier tome de Witch & Wizard.

Je dis malheureusement, parce qu'a priori, ce roman promettait, par son résumé et sa couverture, de faire l'effet d'une petite bombe dans l'univers littéraire. L'histoire, d'ailleurs, avait plutôt bien commencé...

D'emblée, le lecteur est plongé dans un univers dictatorial, au coeur duquel la nouvelle autorité suprême, Le Seul-L'Unique, condamne "Tout comportement NON conforme aux lois, à la logique, à l'ordre et aux sciences du Nouvel Ordre". Arrêtés et arrachés en pleine nuit à leurs parents, Whit et Wisty sont emmenés  à la MAISON DE REDRESSEMENT DU NOUVEL ORDRE, un ancien hôpital psychiatrique reconverti en une immonde et lugubre prison pour les adolescents accusés de sorcellerie.
Après avoir été confronté à un tribunal spécial, Whit et Wisty sont condamnés à mourir le jour de leur 18 ans. 
Enfermés, affamés, torturés psychologiquement et physiquement, ils ne perçoivent aucune issue et se préparent inexorablement à l'application de leur sentence.

A ce stade, l'ambiance s'était parée d'un voile des plus sombres et des plus sordides, la situation des deux personnages principaux étant totalement précaire et misérable.
Le roman semblait se diriger vers un côté sinistre qui n'est que très rarement abordé dans la littérature jeunesse, une certaine rudesse qui ajoutait un cachet réaliste à l'angoisse de Whit et Wisty.
Le rythme était effréné, happant le lecteur dans une avalanche d'évènements à la cadence haletante... Bref, la petite bombe promettait une explosion des plus grandioses ! Jusqu'à ce qu'un imbécile ne vienne en éteindre la mèche de ses deux doigts mouillés. C'est là... que les petits défauts ont commencé à s'accumuler.

L'humour d'abord. Un peu trop présent. Oui je sais, l'humour, dans un roman, c'est important, mais uniquement quand il est utilisé à bon escient ! Là, j'ai plutôt eu la désagréable sensation que les auteurs en abusaient pour tenter de rendre plus légères des scènes qui auraient pu heurter le lecteur.

Les pouvoirs des personnages, ensuite. D'abord, la situation semble crédible. Whit et Wisty ignorent tout de leurs pouvoirs et, même après en avoir pris conscience, restent incapables de les contrôler. Ca semble logique, c'est bien amené... Mais au bout de quelques pages, ce côté pragmatique disparait pour laisser place à deux sorciers plein d'assurance, aux pouvoirs un peu trop variés, un peu trop "colorés" et un peu trop contrôlés.

Le scénario, enfin. Globalement, l'idée est bonne, la chose, plutôt bien proposée, mais si on aborde chaque chapitre individuellement, on a du mal à recoller les morceaux et à trouver un vrai fil conducteur entre les (tout de même) 103 chapitres du roman. 
Ce n'est pas que l'histoire soit incompréhensible, mais elle nous laisse comme un goût de perplexité, le genre de perplexité qui porte sur l'ensemble du roman et qui compromet l'enthousiasme du lecteur, lorsque celui-ci atteint les dernières pages.

Déception ? 
Oui et non... Je n'ai pas été totalement conquis par la manière dont les auteurs proposent l'entièreté de leur histoire, mais certaines pages sont tout de même ponctuées de passages brillants, vivaces et efficaces. L'imagination de James Patterson et Gabrielle Charbonnet est indéniablement riche, mais ce premier tome manque peut-être d'une "maîtrise intelligente", d'une "auto-régulation" qui aurait permis à l'histoire de suivre un chemin un peu moins aléatoire et de faire de ce premier tome, la petite bombe dont l'explosion aurait pu ravir petits et grands !

- Mouais... -
Dernière petite recommandation : courez (virtuellement) lire l'avis de mon acolyte de lecture en cliquant sur l'image ci-dessous (il y a plus d'avis dans deux têtes que dans une) ^^



7 commentaires:

lavoixdulivre a dit…

Je suis content de voir quelqu'un qui a le même avis que moi ! Ce livre m'a déçu ça c'est sûr !

Nathan a dit…

je trouve ton avis très bien écrit mais malheureusement ce livre n'a pas l'air terrible ! On le sent en te lisant, tu ne t'embarques pas comme dans certains avis ! ^^

Anne Sophie a dit…

Merci pour ce passage, et vivement notre prochaine LC ;)

Lucille a dit…

Je lis souvent des déceptions pour ce livre... Le résumé m'attire beaucoup, mais si il paraît que ce livre n'est pas génial.....

Karine a dit…

Il me tentait bien pourtant... Bon je vais voir l'avis d'Anne So maintenant :)
Bisous mon Arda !

Michou a dit…

arf dommage, la couverture est superbe, et le résumé promettait pas mal de choses ! comme quoi... si je tombe dessus à la médiathèque, ce qui m'étonnerai franchement, pourquoi pas, sinon ...

Korto a dit…

J'ai vraiment l'impression que cette lecture n'a réellement pas fait l'unanimité...